ACCUEIL

MESSAGE DU GRAND MAITRE DE L'OPH DU 14 JANVIER 2007

A mes très chers aimés et respectés

A mes gros, gros, gros des gros chefs

Les Grands, grands, grands des grands chefs

Papa DP, Papa DP, Papa DP, Papa Bikindou Bissombolo Jean Pierre,

Bonjour, bonjour et bonjour encore à vous et aussi à Maman Marie Ma Ndombé ; Aux enfants, à toute la famille et à mes gros chefs.

Bonjour à mes gros chefs de l’ASLA OPH du Congo et du monde entier. Je suis Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO MISSOBELE. Aujourd’hui nous sommes samedi le 14 janvier 2007 et il est 14h30mn à Kibossi.

Je vous prie Papa DP de prendre un stylo et de noter tous les enseignements que je vais donner ici. Je vous demande d’enseigner ceci à votre tour partout, à Dolisie, Pointe Noire, Brazzaville, au Nord du Congo et dans le monde entier.

Premièrement, vous devez sensibiliser la commission charger de la vérification et du contrôle dee tickets de Biéramycine avant de rentrer au Mont Kari Kari : Ces frères et sœurs doivent savoir qu’il y a des gens qui ne sont pas dans Louzolo mais qui manifestent la volonté de venir passer une festivité avec nous. J’ai été saisi d’une situation malheureuse qui s’est passée lors de la célébration de la grandiose fête de décembre 2006 au Mont Kari Kari : Il y a un monsieur qui avait quitté Mayama jusqu’au Mont Kari kari à pieds car il avait le désir de venir prier avec nous. Arrivé au contrôle des tickets de biéramycine, les frères et sœurs lui ont simplement dit qu’il ne montait pas, oubliant que ces tickets ne concernaient que ceux qui sont à Louzolo OPH. Cette loi concerne uniquement les Louzolifiés. Ce monsieur n’est donc pas entré au Mont Kari kari parcequ’il n’avait pas de ticket de biéramycine. Etes-vous sûrs qu’une telle personne qui a marché sur une si longue distance sera contente de nous ?

J’avais pourtant dit dans une de mes cassettes que Dieu peut prendre le visage de n’importe qui ! Il peut prendre n’importe quelle forme ! La forme d’une personne que vous connaissez ou celle d’une personne que vous ne connaissez pas ! Dieu est donc libre de prendre la forme d’une personne de son choix pour voir si réellement nous sommes des vrais louzolifiés.

Non, non, non. Je ne veux plus entendre de telles choses. Dites à ceux qui sont chargés de contrôler les tickets de biéramycine de ne plus refaire de telles erreurs. Si j’entends qu’il y a des récidives à ce sujet, je remplacerai purement et simplement tous les responsables qui s’occupent du contrôle des tickets de biéramycine.

Le Mont kari kari est la demeure de l’Eternel Dieu. Si une personne dit : « Je ne suis pas à Louzolo, je suis parti de Mayama jusqu’ici pour prier avec vous. » Cela suffit pour le faire monter, au lieu de raconter du n’importe quoi. Afficher un tel comportement prouve que les Louzolifiés ne sont pas sérieux. A partir de maintenant jusqu’aux fêtes à venir, si j’entends encore de tels comportements, je leur dirai purement et simplement de ne plus faire le contrôle.

Ah ! Vraiment ! Je ne sais plus comment parler avec les Hommes ! Ils doivent intérioriser ce que je leur enseigne ! Ce sont des choses qui leur serviront au dernier jour du Seigneur ! Pourtant en français il est dit : « il n’y a pas de loi sans exception » ! Et si l’on vérifie bien, parmi eux-mêmes les contrôleurs, il y en a qui ne paient pas la biéramycine. Ah non ! Je ne veux plus voir ces mauvaises choses dans mon Louzolo. Je ne veux plus voir ça !

Il est vrai que payer la biéramycine est une loi dans Louzolo mais, si le Frère ou la sœur qui connaissant pourtant cette loi n’a pas l’argent pour payer la biéramycine, empêcheriez-vous cette personne d’aller prier ? L’empêcheriez-vous d’aller rencontrer son Dieu parce qu’il manque l’argent de la biéramycine? Ah non ! Ce frère ou sœur connaît bien l’existence de cette loi et s’il n’a pas payé c’est juste parcequ’il n’a pas l’argent pour le faire ! Nous ne sommes pas là pour ne prendre que de l’argent ! Celui qui est à Louzolo connaît que la biéramycine est une loi. Il est libre de payer ou de ne pas payer la biéramycine ! Payer la biéramycine c’est faire du bien à soi-même et c’est un bien personnel. C’est le bien de celui qui paie. Tout ceci sera contrôlé au dernier jour du Seigneur.

Dans mes précédentes cassettes je disais que la porte du Ciel était ouverte pour tout le monde mais, nombreux feront demi-tour juste à la porte. Cette dernière leur sera fermée à cause des mauvais comportements, par rapport aux choses qu’ils négligent. Une personne, un frère ou une sœur dit qu’il n’a pas l’argent, Dieu aussi sait qu’il n’en a pas ! Et s’il veut venir prier, glorifier son Dieu, laissez-le passer ! Ne l’empêchez pas ! Qu’il parte prier ! Maintenant, si la personne a l’argent et qu’il a menti, ça c’est son problème entre lui et son Dieu. C’est comme ça que vous devriez fonctionner dorénavant, d’éternité en éternité.

Je vous prie Papa DP de prendre une note circulaire à ce sujet. Nous ne sommes pas là pour obliger des gens à payer, en mettant une pression sur eux, non. C’est la volonté de tout un chacun. Il lui convient de payer ou de ne pas payer la biéramycine car personne n’ignore que payer la biéramycine est une loi. Nous payons la biéramycine pour acheter la nourriture, la bière et autres choses, et les reliquats sont normalement versés à la caisse centrale. Il ne faut donc plus qu’on empêche les gens d’aller prier à cause de la biéramycine. Je vous demande Papa DP de multiplier cette cassette et de l’envoyer dans les sections du Congo et du monde entier.

Nous avons certes une loi dans Louzolo, celle qui consiste à payer la biéramycine. Maintenant, si je paie, c’est bien ; si je ne paie pas aussi, c’est toujours bien. Sachons seulement que c’est le bien personnel de tout un chacun. Au dernier jour du Seigneur, nombreux risqueront de faire demi-tour à la porte. Cela veut tout simplement dire que leur place sera maintenant du côté des chaînes. Lorsqu’on fait demi-tour, on se dirige du côté des chaînes. Si donc vous écoutez mes enseignements, vous payerez la biéramycine et si vous ne payez pas, vous ferez un demi-tour juste à la porte des Cieux pour se diriger au gnouf. Au gnouf c’est là où on est enchaîné avec des courtes et grosses chaînes.

Quand je parle, des gens se mettent à rire ; Ne riez pas ! Vous allez voir comment des gens vont souffrir au dernier jour du Seigneur. C’est la vérité. Celui qui dit qu’il n’a pas l’argent pour la biéramycine, laissez-le passer ! Il connaît la loi mais refuse de l’appliquer. Seul Dieu connaît si quelqu’un a l’argent ou pas. Celui qui a l’argent mais qui ne veut pas payer, Dieu connaît aussi, car il y a des services spéciaux divins qui contrôlent chacun de nous. Ils veillent sur nous tous les jours.

Par ailleurs, il m’a été donné de constater que des frères et sœurs viennent avec leurs véhicules jusqu’au Foyer des jeunes. Ah non ! Non, non, non. Nous devons respecter les consignes de l’Eternel Dieu. Le Foyer des jeunes est un lieu où les frères et sœurs se retrouvent pour la prière, c’est donc un lieu béni. Cette place de la jeunesse est vraiment bénie. Les frères et sœurs ne devront donc plus venir avec leurs voitures jusqu’au Foyer des jeunes qui est un lieu béni, un lieu de prière. C’est une loi de Dieu.

Vous vous rappelez, dans une de mes cassettes je vous expliquais qu’un jour nous marchions ensembles : Dieu le Père Etait devant, Dieu le Fils Etait au milieu et moi je suivais Jésus. Entre lui et moi il n’y avait que quelques centimètres. Vous vous rappelez que c’est le foyer des jeunes que j’avais proposé à Dieu le Père comme lieu où devait se passer la Fête de la reconnaissance, Fête de la Liberté. Et Dieu avait dit qu’on ne pouvait les passer là bas mais plutôt au Mont kari kari, La Nouvelle Jérusalem. (Lien vers le message y afférent: cliquez ici)

Je ne comprends cependant pas votre manque de connaissance ! Je me rends finalement compte que lorsque je parle, vous ne relevez ni ne prenez note.

En vérité je vous le dis : les choses que vous négligez vous conduiront à l’échec le jour du jugement. Si vous ne mettez pas en pratique tout ce que je vous dis, vous vous retrouverez dans les chaînes car vous auriez refusé de suivre mes enseignements. Nous serons tous à la porte, mais nombreux ne rentreront pas parcequ’ils auront négligé mes enseignements.

Dans une autre cassette j’avais parlé de deux élèves qui prenaient les mêmes enseignements : André avait l’habitude de noter, de relever les leçons du Maître jusque dans les moindres détails alors que l’autre (Pierre) faisait confiance à sa tête. Le jour de l’examen, André qui notait tous les détails avait été reçu mais Pierre avait échoué. C’est la même chose qui se passera dans Louzolo OPH. Celui qui note et applique mes enseignements dans les détails sera reçu et ceux qui font confiance à leurs têtes échoueront. Au jour du jugement, d’autres personnes vont bénéficier du Royaume des Cieux alors que d’autres feront un demi-tour juste là à la porte pour se diriger au gnouf où ils souffriront pour l’éternité, une vraie souffrance.

Autre chose encore : je demande aux frères et sœurs de Brazzaville d’éviter de venir ici à Kibossi la nuit (20h – 21h) par véhicule. Il y a des éléments incontrôlés qui se cachent souvent dans l’herbe prêts à faire des embuscades surtout au moment des grandes fêtes. Je leur demande donc de venir à Kari kari en plein jour et non la nuit. Ces éléments incontrôlés se cachent entre deux villages, c’est donc pour prévenir des embuscades que je vous prie de ne pas venir ici à Kibossi avec vos véhicules la nuit. Toi Membre, Membre Confirmé, ne tentes pas Dieu. Saches par exemple que si tu te places sur les rails, voulant tenter Dieu, le train viendra te ramasser. Aides-toi, le ciel t’aidera. Prenons donc des précautions, venons à kari kari la journée afin de prévenir tout dérapage. Faisons attention, ce n’est pas parce que tu prie que tu vas te laisser entraîner par des conneries. Un frère qui se met sur les rails, soyons sûrs, le train viendra le ramasser. Dieu ne pourra rien faire pour toi parce que tu le fais exprès. On ne tente pas Dieu. Dieu intervient en faveur de l’homme à la limite de son intelligence. Là où s’arrête l’intelligence de l’homme, là commence l’intervention de Dieu.

Lorsque ta conscience t’interpelle, te reproche sur ce que tu veux faire et que tu le fasses quand même disant que tu es Membre ou Membre Confirmé, là mon ami, Dieu te regarde et te laisse faire, IL ne va pas intervenir. Dieu intervient ou vient en aide lorsque ta conscience ne te reproche de rien et lorsque ton intelligence ne peut rien.

Si donc vous constatez que depuis Brazzaville vous êtes déjà en retard, ne venez plus. Dormez là bas pour ne venir que le lendemain matin. Dieu lui-même saura justifier votre retard. Evitez de venir à Kibossi dans la nuit. Evitez de tenter Dieu, on ne doit jamais Le tenter. J’espère vraiment mes Gros chefs que vous m’avez compris. Prenez ce qui est bien et laissez ce qui ne l’est pas.

Je réitère en disant que si une personne qui ne prie pas à Louzolo manifeste la volonté de venir prier avec nous, laissez-le passer, laissez-le passer librement, il n’est pas question de leur faire payer la biéramycine, ah non ! Il n’y a pas de loi sans exception. Cette loi concerne uniquement les Louzolifiés ; Maintenant si le Louzolifié ne paie pas, ceci sera un grand problème entre lui et son Dieu. Mes Gros chefs, je crois Papa DP que vous m’avez bien compris.

Je profite aussi de cette occasion pour vous dire Papa DP que nous avons invité des groupes traditionnels pour renforcer l’animation. Si ces groupes sont là dès le 03 février, vous devriez les faire passer pendant 5h du temps. C’est-à-dire, après la prière de 21h, il y aura de l’animation et ensuite interviendront ces groupes d’animation qui presteront pendant 5h du temps. Vous ne devez pas les presser, il n’est pas question que vous fassiez pression sur eux. Ils n’auront qu’à faire leur animation comme il se doit et sans qu’il y ait pression ou censure quelconque.

Dieu a dit : Laissez venir à moi les petits enfants. Il faut donc les laisser tranquilles, ils se sont préparés pour ça, pour nous égayer. Je vous demande d’être patients. Soyez patients ! Ne les pressez pas. Il y a des frères qui, par excès de zèle ou je ne sais quoi, chercheront à les presser ; je dis non. C’est nous qui les invitons, nous devons les assister. Il y a 5 groupes traditionnels et vous donnerez 1h à chaque groupe. C’est une fête de joie, qu’il n’y ait pas beaucoup de discours.

Dans mes messages, il n’y aura pas de félicitations car elles nous prennent trop de temps. Il y en aura dans d’autres prochains messages. Celle que nous allons célébrer est une fête de joie, fête de retrait de deuil pour le monde entier et non seulement pour les Louzolifiés, car ce jour là, lorsque l’attentat avait eu lieu, c’est le monde entier que Dieu devait exterminer ; mais Dieu pardonne toujours. IL avait aussi pardonné à l’ancienne montagne quand sa colère avait failli se manifester.

J’ai toujours dit : que tu sois Maman Mazonzéka ou Papa Kifouéti qui est mon propre père, si vous n’écoutez pas mes enseignements, je vous exclus automatiquement de mon Louzolo. Si je les exclus c’est pourqu’il n’y ait plus d’embêtements ou du n’importe quoi. Je veux que nous soyons tous des enfants d’un même père et d’une même mère.

Les enfants d’un même père et d’une même mère sont toujours unis, la main dans la main. Moi Emile, j’aime tout le monde, je vous aime beaucoup. C’est pourquoi je vous sensibilise, je vous donne toujours des conseils.

Au dernier jour du Seigneur, c’est moi qui vais répondre de vos actes. Ce n’est pas vous, mais moi. Je serai un accusé-répondez. Dieu va vous connaître à travers moi parceque vous êtes les hommes d’Emile, vous êtes les hommes [confiés] à moi et Dieu sait que vous êtes les hommes d’Emile.

Dieu m’a confié la mission de conduire ce peuple à la Vie éternelle et de le lui présenter au dernier jour. Je vous connais donc tous et c’est moi qui vais rendre compte de tous vos actes.

Quand je vous demande de mettre en pratique les enseignements que je vous donne, ce n’est pas pour mon bien, c’est pour votre bien à vous. C’est pour votre propre bien car moi, je suis avec eux là bas, si vous ne le saviez pas. Je suis avec eux là bas dans les Cieux. Et je vous parle afin que vous soyez aussi bien, que vous bénéficiez de la Vie éternelle et que vous soyez à l’aise dans la maison du Père. Mon souhait est que tous vous entrez, au dernier jour, dans le Royaume Céleste. Vous entendez seulement parler de ce Royaume Céleste. Sachez tout simplement qu’il y a une grande joie là bas et le temps est très beau.

C’est pourquoi nous devons semer l’amour sur terre. C’est cet amour qui va nous conduire au Royaume des Cieux implanté par Dieu au Mont kari kari, La Nouvelle Jérusalem. Nous serons là bas d’éternité en éternité, dans une immense joie, la joie qui ne finit jamais.

Papa DP, je reviens sur ce que j’avais dit sur l’animation : il y aura 5 groupes traditionnels que nous avons invités, ainsi que des griots et des comédiens. Nous devrons leur donner tout le temps nécessaire pour se produire sur scène. La nuit du 3 au 4 février sera pour les groupes traditionnels, les griots et comédiens. Vous allez reprendre votre programme dès le matin du 4 jusqu’au 5 février à 18h. Maintenant si vous voulez continuer jusqu’au matin du 6 février, c’est une bonne chose, cela ne dépendra que de vous, et surtout de la joie qui vous animera.

Nous devons éviter les sous commissions, les déplacements inutiles. Et puis, à ce que je sache, nous ne sommes pas des animaux, mais des hommes réfléchis ! Des hommes qui réfléchissent ne font pas des selles là où ils mangent ! Ah non, chers papas et chères mamans ! Celui qui voudra faire des besoins n’aura qu’à se retirer ou prendre un ami qui l’accompagnera aux toilettes. Ne faisons pas les besoins là où nous mangeons avec les autres. Nous ne sommes pas des animaux mais des Hommes réfléchis.

En plus, quand nous sommes au Mont kari kari, ne croyons pas que nous n’avons en face de nous que des arbres et les herbes. Nous devons regarder Kari kari et tout ce qui s’y trouve avec les yeux de l’esprit. Les arbres ainsi que l’herbe que vous voyez, ce sont des anges célestes. Nous devons donc éviter tout désordre et toute mauvaise pensée.

Dès que nous traversons le pont sur la Nguétani, nous sommes déjà dans la maison de Dieu. Du pont de la Porte des Brebis jusqu’au Grand Sanctuaire, Dieu le Tout Puissant a placé des anges qui vous garde ; les anges gardiens qui constituent l’Armée céleste. L’armée céleste dont nous entendons parler, celle dont nous lisons dans la bible est placée ici. Ayons donc la crainte de Dieu ! Il est vrai que nos yeux sont fermés et l’on ne peut voir, mais retenons seulement que toute la zone de Kari kari est la demeure de l’Eternel Dieu qui y a placé beaucoup de bénédictions.

Nous devons donc, frères et sœurs, abandonner toutes les choses de la terre à Nzaza Noa avant de traverser la Porte des brebis. Dès qu’on traverse cette porte, les frères et sœurs doivent aussitôt mettre dans leurs cœurs des pensées spirituelles, tout le long du boulevard et au sanctuaire. Si Dieu nous avait ouvert les yeux pour voir ce qu’IL a mis du Pont sur la Nguétani jusqu’au Sanctuaire et dans toute la zone de Kari kari, vous ne devriez pas faire du n’importe quoi là bas, vous devriez même avoir peur de mettre les pieds après le pont.

Ne nous disons pas : il n’y a que des arbres et de l’herbe ! Ah non ! Je vous affirme que toute la zone de Kari kari est la maison de l’Eternel Dieu. Il y réside et y restera d’éternité en éternité. Ayez donc la crainte de Dieu !